Architecture

Hajer Ben Jeddi: Les Fondouks , Un patrimoine à sauvegarder

12 October 2014

Les Fondouks ou caravansérails sont de véritables monuments historiques. Bâtis à travers la méditerranée (au Maroc, Caire, Tunis, Damas…), ils témoignaient l’existence de routes commerciales importantes.

Autrefois, à Houmt Souk (qui veut dire littéralement le quartier du marché), se trouvaient 25 fondouks dressés près des souks.

Ils étaient bâtis par un maître d’ouvrage, un commerçant ou un paysan afin de loger les commerçants passant par l’île de Djerba.

C’est une auberge dont l’architecture est bien authentique qui épouse généralement une forme rectangulaire. Elle est formée par un patio entouré d’un immeuble comportant deux étages.

La porte du fondouk est faite en bois. Elle est épaisse et lourde donnant accès au porche qui est une pièce de transition entre la rue et le patio.

Le patio est une cour centrale de forme également rectangulaire qui contient une citerne ou un puits recueillant l’eau de la pluie provenant de la toiture. Il logeait les animaux des commerçants (généralement des dromadaires).

Cette cour est entourée d’arcades au rez-de-chaussée comme à l’étage.

Le rez-de-chaussée contenait des pièces où sont déposées les marchandises. Alors qu’à l’étage, les chambres sont destinées à loger les commerçants. Elles sont dotées chacune d’une petite fenêtre carrée.

Chaque pièce donnant sur le patio, comporte une ouverture dont le linteau supérieur est souvent en forme d’arc surbaissé, non visible de l’extérieur. La pièce est fermée par une porte de bois.

Les murs étaient passés régulièrement à la chaux. Les poutres étaient en bois de palmiers.

Les fondouks étaient au cœur des échanges commerciaux de l’île et leur situation centrale et concentrée à Houmt Souk favorisait le développement et la floraison du commerce au sein de cette ville.

Le développement des transports automobiles au cours du XXème siècle, a limité progressivement leurs activités commerciales. Ce qui a provoqué une mutation au sein de ces auberges se trouvant au cœur de la ville.

La plupart sont devenus des centres de commerce, des ateliers, des locaux artisanaux, des façades commerciales, des auberges ou des restaurants. 6 ont totalement disparus donnant lieu à des parkings ou à autres bâtiments.

Seulement 2 fondouks ont gardé leur état initial (fondouk Ben Ghorbel et Jomni).

En conclusion, les fondouks constituent un patrimoine qui est un témoignage d’une architecture traditionnelle et un mode de vie ancestral qui sont en perpétuel danger de dénaturation, destruction et disparition.

Nos projets

© 2015 All Rights Reseverd Djerba Insolite , Powred by EverWeb